Archives du blog

Guide de création d’un réseau de chaleur @AMORCE

Guide de création d’un réseau de chaleur : éléments clés pour le maître d’ouvrage 


Source : AMORCE

 Cette mise à jour du Guide de création d’un réseau de chaleur, publié fin 2011, apporte les principales recommandations aux maîtres d’ouvrages et à leurs partenaires, qui souhaitent engager une démarche de création d’un réseau de chaleur, notamment pour la rédaction du cahier des charges de l’étude de faisabilité.

Il a été élaboré en collaboration avec l’ADEME et s’appuie sur l’expérience des membres du réseau AMORCE : collectivités territoriales, bureaux d’études et cabinets de conseil, opérateurs de réseaux de chaleur.

La loi sur la transition énergétique pour la croissance verte du 17 aout 2015 a permis de rappeler le rôle essentiel des réseaux de chaleur en matière d’efficacité énergétique et de distribution des énergies renouvelables et de récupération (EnR&R) locales: biomasse, géothermie, solaire, énergies de récupération (UIOM, process industriels…). En effet, cette loi affiche des ambitions élevées pour le développement des énergies renouvelables et de récupération, qui constituaient en 2015 près de la moitié du mix énergétique des réseaux de chaleur :

  • – Elle place les réseaux de chaleur à la pointe de la transition énergétique en visant la multiplication par 5 de la quantité de chaleur et de froid renouvelable et de récupération livrée par les réseaux de chaleur et de froid, entre 2012 et 2030.
  •  – Dans cet objectif, elle introduit dans la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) un plan stratégique national de développement de la chaleur et du froid renouvelable. Ce plan doit permettre d’accentuer l’augmentation de la part des EnR&R dans le bouquet énergétique des réseaux, passée de 26% à 50% entre 2005 et 2015, de développer les sources d’EnR&R, la valorisation des énergies fatales, et les synergies avec la production électrique.

En savoir plus 

Brest : les déchets ménagers réchauffent la ville

Le réseau de chaleur de Brest : les déchets ménagers réchauffent la ville


La création du réseau de chaleur de Brest coïncide avec la construction de l’usine d’incinération des déchets ménagers du Spernot, au nord de Brest en 1988. Aujourd’hui dénommée Uved (Unité de valorisation énergétique des déchets), cette usine permet de chauffer de l’ordre de 20 000 équivalents-logements à Brest. L’objectif de Brest métropole est de développer ce réseau de chauffage urbain et de desservir 10 000 équivalents habitants supplémentaires à brève échéance.


Le réseau de chaleur : comment ça marche ?

Le principe est simple : de l’eau chaude, véhiculée dans des tuyaux enterrés, est utilisée comme vecteur pour transporter de la chaleur entre le lieu de production (le Spernot) et le lieu d’utilisation (le pied de bâtiment). C’est d’ailleurs pourquoi l’usine d’incinération des ordures ménagères s’appelle Usine de Valorisation Énergétique des Déchets (UVED). Le réseau fonctionne en réseau fermé entre ces deux points : départ de l’eau à 107 °C, retour 72 °C.

Quelles en sont les sources d’énergie ?

A plus de 90 %, ce sont les ordures ménagères collectées dans les bacs verts et bordeaux de Brest métropole et d’une partie du Nord Finistère (environ 400 000 habitants) qui sont valorisées au Spernot. Le fuel vient en appoint, à hauteur de 10% des besoins. La réalisation du schéma directeur de développement (2012-2017) comprend un ensemble de travaux à réaliser d’ici 2017, avec notamment des travaux sur les 4 chaufferies d’appoint et la réalisation d’une chaufferie bois au Spernot (mise en service fin 2015)…en savoir plus






<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Google
<a href= »http://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

%d blogueurs aiment cette page :