Archives du blog

Evènement : 9ème Forum National des Associations & Fondations

FORUM ASSO

A la rencontre des dirigeants et responsables du secteur associatif

Conçu comme un lieu de formation, d’information et d’échanges, le Forum National des Associations & Fondations est depuis 9 ans l’évènement dédié aux dirigeants et responsables d’associations, aux partenaires-conseils, aux acteurs institutionnels et collectivités territoriales, aux fournisseurs et prestataires de services qui les accompagnent, le Forum National des Associations & Fondations.

flecheL’équipe Arkea Banque Entreprises et Institutionnels, filiale du Crédit Mutuel Arkea, sera présente.

 

En savoir plus sur le forum : www.forumdesassociations.com

>De Leblogdesinstitutionnels
<a rel= »me » href= »https://plus.google.com/107146227449191020933/« ></a>Mon profil Googles
<a href= »http://leblogdesinstitutionnels.fr/about-me » rel= »author »> Ma bio en résumé</a>

7ème Forum National des Associations & Fondations

Dans un contexte de fortes mutations du secteur associatif, la 7ème édition du Forum National des Associations & Fondations sera l’occasion de faire un point complet sur les enjeux de ce secteur, notamment en matière de gestion, de développement et de financement des associations.

Lire la suite

Les entreprises sociales et solidaires continuent de créer de l’emploi en Ile-de-France

Le dernier numéro du Panorama francilien* de l’économie sociale et solidaire révèle que les associations, les coopératives, les mutuelles et les fondations semblent mieux résister à la crise. Elles enregistrent en effet une progression sensible de l’emploi sur un an.

Les entreprises de l’économie sociale et solidaire franciliennes embauchent 380 400 salariés, soit 320 600 équivalents temps plein (contre 307 000 ETP sur la période précédente). Le nombre d’entreprises a lui aussi augmenté : il est passé de 31 300 à 31 600 établissements employeurs en une année. « L’ancrage local, la gouvernance collective et démocratique et le modèle d’entrepreneuriat des entreprises de l’ESS peuvent expliquer cette augmentation. Ces principes garantissent souvent la pérennité et la santé des entreprises » souligne Eric Forti, Président de la CRESS Île-de-France qui porte l’Observatoire de l’économie sociale et solidaire.

Les associations participent pour une grande part à cette vitalité : elles emploient 299 600 salariés pour une rémunération brute équivalant à près de 8 milliards d’euros. Les coopératives comptent quant à elles 32 200 salarié-e-s, quand les mutuelles et les fondations emploient respectivement 24 000 et 24 600 personnes.

L’économie sociale et solidaire francilienne couvre l’ensemble des secteurs d’activité classiques : des éco-activités au logement en passant par les activités financières, le tourisme ou encore les arts et les spectacles. Les entreprises de l’ESS sont particulièrement actives dans l’action sociale (aide aux personnes âgées, accueil des personnes handicapées, etc.) puisque ce secteur d’activité emploie 31% des salarié-e-s de l’ensemble de l’économie sociale et solidaire francilienne.

Les structures de l’Insertion par l’activité économique sont l’exemple type de ces entreprises innovantes socialement. L’édition 2011 du Panorama de l’économie sociale et solidaire nous apprend qu’elles sont 462 en Île-de-France et proposent un emploi et un accompagnement socioprofessionnel à près de 28 000 personnes en situation d’exclusion.

L’intégralité du Panorama est téléchargeable en cliquant sur ce lien

L’Observatoire de l’économie sociale et solidaire en Île-de-France est porté par :la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire d’Île-de-France (CRESS IDF) et l’Atelier – Centre de ressources régional de l’économie sociale et solidaire.

Contacts :
www.economie-sociale.coop
www.atelier-idf.org

6ème Forum National des Associations & Fondations

Jeudi 27 octobre 2011 au Palais des Congrès de Paris

Un paysage associatif en pleine mutation et face à des enjeux financiers considérables

« Alors que l’Europe continue de subir une crise économique et financière particulièrement difficile, les dirigeants d’associations doivent plus que jamais faire face à des problématiques d’organisation, de financement, de recrutement, et tout simplement de survie », déclare Xavier Kergall, Directeur Général du Forum National des Associations & Fondations.

« On assiste depuis plusieurs années à une mutation lente mais profonde du paysage associatif français, et la crise actuelle ne peut qu’accélérer cette évolution inévitable. Une situation qui nécessite aujourd’hui une restructuration complète, des rapprochements, des financements nouveaux, des partenariats différents, et surtout une professionnalisation indispensable de l’ensemble du monde associatif », ajoute-t-il.

Face à ce contexte, la 6ème édition du Forum National des Associations & Fondations, rendez-vous annuel du secteur, constitue cette année une étape incontournable pour faire le point sur les enjeux du secteur, échanger avec les 4000 experts, responsables et dirigeants associatifs présents et trouver les clés d’un avenir pérenne…Plus de renseignements sur le portail du forum

Baromètre de confiance des Français à l’égard des associations et fondations


Le Baromètre TNS SOFRES montre que les associations et fondations faisant appel à la générosité publique  bénéficient d’un regain de confiance au sein du grand public… mais cette confiance reste relative

Près de la moitié des Français (48 %) déclarent avoir confiance dans les associations et fondations faisant appel à la générosité publique, un score en hausse de 7 points par rapport à 2010. Ce sont notamment les moins de 35 ans, les catégories socioprofessionnelles aisées et les donateurs (réguliers et occasionnels) qui adoptent cette année une posture plus confiante que l’an dernier.  Ce regain de confiance est d’autant plus remarquable qu’il intervient à une période où la crise de confiance à l’égard des institutions ne s’est pas résorbée. Les associations et fondations peuvent apparaître parmi les derniers garants des valeurs de solidarité et de proximité, derrière les associations de défense de consommateurs, au plus haut dans la confiance (83 %, + 3 points). 

Même s’il est en hausse, le pourcentage de Français déclarant avoir confiance dans les associations et fondations reste inférieur à 50% ; seuls 4% des interviewés se sont déclarés très confiants à l’égard des associations et fondations, et cette proportion n’a pas évolué en un an.

La confiance dans le monde associatif n’empêche pas la défiance à  l’égard de certaines associations et fondations 

84% des Français déclarent avoir déjà ressenti de la méfiance à l’égard de certaines associations ou fondations, dont 39% souvent, ce qui ne signifie pas un rejet en bloc de tous les acteurs du secteur. Les raisons de méfiance spontanément invoquées sont la rémanence de scandales médiatiques même très anciens (cités à 36%), mais aussi le manque de transparence («On ne sait plus où vont les fonds.») et de lisibilité dans l’action menée (évoqué par 29% des personnes interrogées) et, pour certains, la non affectation partielle ou totale des fonds à la cause annoncée au départ (14%), ou encore un malaise dû aux sollicitations reçues (10%).

Méfiance ne signifie pas arrêt systématique du don.  Cependant, 65% des donateurs citent au moins un facteur de méfiance qui les a décidés à se détourner d’une association.  Par ailleurs, c’est un facteur lar‐gement mis en avant par les non donateurs pour justifier le fait qu’ils ne donnent pas.

Un nécessaire contrôle de la rigueur et de la transparence… 

Les trois quarts des personnes interrogées présentent une très forte attente de contrôle à l’égard des associa‐tions et fondations : contrôle comptable et financier, mais pas seulement. Il doit aussi porter sur le respect d’engagements plus qualitatifs (affectation des dons, orientation de l’action).  Or, la bonne conduite des associations et fondations en la matière reste néanmoins sujette à caution : seul un peu plus du tiers des personnes interrogées estime que les associations et fondations sont performantes sur ce sujet.

… mais pas seulement : le contrôle externe doit aussi porter sur le respect d’engagements plus qualitatifs

 Les attentes des Français sont également fortes quant aux preuves et garanties qu’ils souhaiteraient recevoir des associations et fondations concernant l’efficacité de leurs actions (attente encore plus fortement marquée chez les jeunes, à 71%), l’affichage clair de leur vocation et le respect de la volonté du donateur en ce qui concerne l’orientation des dons. S’il s’agit de critères sur lesquels les critiques sont moins vives que sur la rigueur de la gestion et la transparence financière, ils sont néanmoins fortement contributifs dans la construction de la confiance.

Internet : un impact encore restreint, en positif comme en négatif…  …excepté chez les jeunes 

Internet joue aujourd’hui un rôle encore limité dans la confiance à l’égard des associations et fondations, au sein du grand public.

Auprès des jeunes, la relation avec les associations et fondations se construit davantage sur le web. Ils se disent sensibles à l’information qui y circule : information délivrée par les ONG sur leur site et buzz émanant des blogs et forums. Le quart des jeunes donateurs déclare avoir décidé de faire un don à la suite d’une visite de l’un de ces sites et 43 % d’entre eux considèrent que le buzz autour des associations et fondations sur Internet impacte leur confiance (contre 27 % au sein du grand public).

%d blogueurs aiment cette page :